"L’esprit se meut, l’âme s’émeut, l’esprit raisonne, l’âme résonne. François Cheng

La beauté et la singularité des photographies d’Eve Morcrette résident dans la manière dont ses images se réfèrent à l’histoire de l’art européen. Cette artiste rend constamment un hommage respectueux aux peintres qui l’ont ému. [...] Elle se saisit de la tradition, non pas pour la plagier ou s’y engluer, mais pour la régénérer ainsi que le prônait Gustave Mahler : « Nourrir les flammes, et non vénérer les cendres. » [...]

Pour rencontrer son âme et toucher la véritable source de ses sentiments, il faut simplement regarder les nus de cette photographe, car ils sont à la fois une méditation mélancolique sur le temps, une réflexion philosophique sur la création artistique et un hommage admiratif aux peintres défunts.
Dédoublés, décomposés, en couple, en groupe, démultipliés, hommes,femmes... Eve Morcrette ne cherche pas un type idéal, elle n’a aucun critère de sélection pour ses modèles. Les corps nus sont essentiellement un prétexte à parler de matière et de forme, de lumière, de lignes géométriques, de courbes. [...] La douceur et la délicatesse de ses photographies attestent de sa tendresse pour l’humanité toute entière dans sa nudité universelle. [...]

Ses images s’imposent par leur justesse et leur rigueur. Le cadrage est serré, les effets de matière et le raffinement de ses clairs-obscurs nous montrent toute l’attention portée à la lumière, qu’elle voudrait aussi étincelante que celles des tableaux de Jean Van Eyck. En digne héritière de Joseph Sudek, elle s’est imposée comme éthique de ne jamais trahir un négatif parce qu’il traduit l’exigence de l’artiste au moment de la prise de vue. Ses photographies ont été longuement pensées en amont, elles ne subiront aucune retouche, aucune reprise, aucune modification, afin de restituer l’émotion pure au moment du déclic.
Cette quête d’authenticité, ce besoin d’honnêteté, se traduisent par le choix de la difficile discipline du noir et blanc - qui ne supporte aucun repentir - et de l’argentique qui magnifie les images. Aucune phrase ne peut mieux convenir à Eve Morcrette pour évoquer la maîtrise de son art de haute volée si ce n’est celle, concise et lapidaire de Constantin Brancusi : La Simplicité c’est la complexité résolue. "

Texte de Brigitte Ducousso-Mao, Historienne de l’art. 

Photographies : Copyright ©Eve Morcrette