Mon métier

Vannerie créative : au-delà de l’usage !

Art premier s'il en est un, la vannerie trouve ses origines dans la nuit des temps. De l'animal à l'homme, le tressage des végétaux a gardé sa vocation essentielle : améliorer le confort quotidien.

Au fil du temps, la rationalisation des techniques et la simplicité des outils mis en œuvre ont permis au geste traditionnel d'être transmis et de nous parvenir, chose remarquable, intact. Mais suite à l'industrialisation et à la fabrication de masse, la transmission de ce savoir-faire purement artisanal tend à disparaitre.

Aujourd'hui, l’enjeu du renouveau de la vannerie réside sans nul doute dans le fait de dépasser sa fonction utilitaire première. Et c’est ce que j'ai choisi de faire : 

- revisiter la vannerie utilitaire avec de nouvelles formes,
- oser des associations inédites de techniques et de matériaux,
- et enfin, proposer des réalisations à vocation uniquement artistique.

Véritable trait d’union entre artisanat traditionnel et art contemporain, la vannerie créative me permet d'exprimer librement ma sensibilité, en puisant au cœur de techniques ancestrales. 

Mon parcours

Tresser des brins, tisser des liens.

Ingénieur chimiste de formation, j’ai découvert la vannerie et le travail de l’osier en 2008. Ce fut une révélation. Après avoir été formée au métier par des vanniers confirmés, j’ai décidé de fonder l’Atelier Brins de Malice en 2014.

C’est au Thoureil (Maine-et-Loire) en surplomb des luisettes d'osier qui poussent dans le limon de la Loire que j'ai décidé de m'installer. Dans cet écrin préservé, je tresse à la main des pièces uniques ou éditées en séries limitées. Délicates et structurées, mes créations sont le fruit d'un travail de conception élaboré.

Je propose également des ateliers de tressage végétal allant de l’initiation au perfectionnement. Ce sont de véritables lieux d’échange et de partage, et je serai heureuse de vous y accueillir…